Transports

Colloque du 20 juin 2008 à Fribourg

La croissance économique depuis la fin de la deuxième guerre mondiale a eu un impact socio-économique extrêmement important. Il est fini le temps où l’on travaillait à proximité de son logis, voire même dans ce dernier. Les changements économiques ont modifié profondément la notion de l’espace urbain. Désormais, il n’est pas rare que les gens fassent plusieurs heures de trajet par jour pour se rendre à leur lieu de travail et en revenir. De même, il est devenu la norme que dans une famille les deux parents travaillent. De sorte, qu’il n’est plus forcément possible de demander à l’ensemble d’une famille de déménager, sous prétexte que l’un des parents travaille désormais dans une autre ville.

Cette nouvelle situation a eu pour conséquence d’accroître la demande en infrastructures routière et ferroviaire de manière marquée.

Dans les années soixante et septante, l’accent avait été mis sur le transport individuel. Or, dans les années quatre-vingts, il fut constaté que cette solution n’était pas la panacée. En effet, la structure urbanistique des villes, date très souvent de la fin du XIXe siècle! Dès lors, il n’est plus possible d’accueillir plus de voitures.

En conséquence, il fut décidé d’investir dans les transports publics. Ce qui fut d’abord un choix dicté par des considérations urbanistiques, est devenu depuis le début des années 2000, une nécessité due à une réalité environnementale dont la plus connue est le réchauffement climatique.

Or, les besoins en termes d’infrastructures, notamment dans le domaine des transports publics, sont extrêmement importants. Le coût qui en découle ne peut pas, pour d’évidentes raisons de capacité financière, être assumé uniquement par les communes et les cantons.

La Confédération est donc un partenaire extrêmement majeur. Cependant, devant les demandes formulées par les collectivités publiques, la Confédération a dû fixer des priorités. Ceci est nécessaire, mais cela eu pour conséquence de créer un certain nombre de déceptions.

Dans le cadre de cette conférence, nous avons décidé d’inviter deux directeurs d’offices fédéraux, directement impliqués dans le développement des transports.

M. Max Friedli, directeur de l’office fédéral des transports, accompagné de son adjoint, M. Pierre-André Meyrat et M. Pierre-Alain Rumley, directeur de l’Office fédéral de l’aménagement du territoire afin de faire le point sur le ménage à trois Confédération-cantons-communes et sur l’agenda des futurs projets. Enfin, nous profitons de cette conférence pour faire l’état des lieux de projets dans quatre villes membres de notre association: Fribourg, Bienne, Genève, Neuchâtel et Lausanne.

Flyer

-------

Liste des conférences

Liste des intervenants

Agenda

11 10 17
Hôtel de Ville de Martigny
Vie nocturne et sécurité